Le premier noyau

198

Le premier noyau

sketch of man huddled in corner with bootle of pills and watch in foregard
La psychiatrie hors les murs: graphic de La Press, 1985.

Solidarité-Psychiatrie est né d’une expérience mise de l’avant à la clinique de psychiatrie de l’hôpital Jean-Talon de Montréal par le psychologue Robert Letendre et la travailleuse sociale Chantal Saab. Irrités par le rôle normatif qui leur était prescrit et déplorant l’infantilisation des patients provoquée par la dynamique hospitalière, ils mettent sur pied un Centre de psychiatrie communautaire à l’intérieur de l’établissement. Le centre vise alors à offrir aux patients un environnement social exempt de rapports hiérarchiques entre l’équipe médicale et les personnes psychiatrisées. Malgré cet engagement, le projet est vite détourné de ses objectifs et les rapports de force institutionnels préexistants ressurgissent.

Constatant l’impossibilité de s’affranchir de la logique psychiatrique entre les murs de l’hôpital, le groupe majoritairement composé de patients décide de se réunir à l’extérieur. Ce premier noyau tient alors des rencontres informelles, tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre, afin de réfléchir à différents moyens d’action. À l’aide des journaux de quartier, de la radio et du bouche-à-oreille, le groupe parvient à rejoindre de nouvelles personnes, insatisfaites par les services de psychiatrie traditionnels et désireuses d’établir de nouveaux liens de solidarité. Cette démarche aboutit à la fondation de Solidarité-Psychiatrie en mai 1979. Désormais incorporé, l’organisme continue de tenir des réunions chez ses différents membres afin d’offrir un espace de réflexion, d’action et d’entraide. D’abord bimensuelles, les rencontres deviennent rapidement hebdomadaires. L’année suivante, le groupe réussit à obtenir une subvention qui lui permet de faire l’acquisition de son premier local. Situé au 7401 de la rue Saint-Hubert, ce local augmente la visibilité du groupe tout en offrant un espace permanent d’échanges, de création et de solidarité.